Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'Equateur : 1ère partie

Publié le par jusquau-bout-de-nos-reves

l'Equateur : 1ère partie

Le passage de frontière Pérou Equateur se fait très rapidement et sans problème. La seule différence est que désormais nous devrons prendre une assurance pour chaque pays. Ici la SOAT pour un mois à 6 euros sans connaître les garanties, mais au moins nous sommes en règle. Autre différence, et pas des moindre, paysage beaucoup plus vert et surtout plus propre. Les équatoriens sont moins typés indiens que les boliviens et péruviens. Le passage à la pompe se fait avec le sourire, car c’est un plein de 80 litres pour 16 euros soit 0,20 euros le litre, mais restreint à 10 litres les 50 premier kms. La monnaie du pays est le dollar américain que nous avons eu, une fois de plus, du mal à obtenir pour cause de carte bloquée.

Le pays est coupé en trois zones : la Côte Pacifique, les Andes et l’Amazone et les célèbres îles Galapagos où nous n’irons pas, car l’aller retour en avion et le droit d’entrée pour 4 est de 2000 dollars plus l’hébergement et les visites. Dommage !!!!

Dans les Andes, nous passons par Zaruma, située à 1150 mètres d’altitude, c’est une ville minière d’extraction de l’or. Nous visitons « El Sexmo », mine qui n’est plus exploitée mais spécialement aménagé pour les touristes (sans grand intérêt après celle de Potosi en Bolivie mais les enfants étaient acceptés et ont appréciés). Elle fût très productive car jusqu’à 200 g d’or était extrait pour une tonne de roche, contre 40 g pour les mines actuelles.

l'Equateur : 1ère partie
l'Equateur : 1ère partie

Loja, une des villes les plus ancienne du pays, située à 2100 mètres d’altitude.

l'Equateur : 1ère partie

Cuenca, située à 2500 mètres d’altitude, c’est la troisième ville du pays par sa population, son centre historique est classé au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1999. Ce sera aussi l’occasion pour nous de faire remplir notre bouteille de gaz argentine.

l'Equateur : 1ère partie
l'Equateur : 1ère partie

Nous quittons les Andes après avoir fait 850 km à monter et descendre uniquement, s’étonnant de ne pas trouver 200 m de plat sur de telles distances, et rejoignons la côte pacifique, en traversant des centaines d’hectares de bananiers et de cacaoyers, et Guayaquil, avec ses 2 000 000 d’habitants contre 1 800 000 pour Quito, la capitale. Nous squatons deux nuits à l’aéroport (très bruyant) nous permettant la visite de la ville en toute tranquillité.

l'Equateur : 1ère partie

Ville peu intéressante, à part le parc Seminario et ses dizaines d’iguanes en liberté, pas du tout dérangés par le bruit de la circulation et des passants. Le Malecon 2000, promenade de 2,5 km le long du fleuve Guayas est très agréable. Le Cerro Santa Ana, est la colline qui domine la ville que nous gravissons par un escalier de 444 marches.

l'Equateur : 1ère partie
l'Equateur : 1ère partie
l'Equateur : 1ère partie

Puerto Lopez, au bord du Pacifique avec ses très belles plages, sera pour nous l’occasion d’aller voir les baleines à bosses et non les baleines franches australes que nous avions vu à Valdès (Argentine) ainsi que les fous à pattes bleues accrochés au bord des rochers et les pélicans. Ici c’est l’été et bizarrement, il fait froid, contrairement à l’hiver où il fait chaud et humide.

l'Equateur : 1ère partie

Le lendemain départ 9h30 arrivé à la Laguna Quilotoa à 1h du matin, 550 km dont 150 pour rien car sans GPS et avec des cartes plutôt sommaires du pays, les erreurs sont vite arrivées. Nous serons tout de même récompensé, cette lagune, aux eaux turquoises, se trouve dans le cratère d’un volcan à 3900 mètres d’altitude.

En quittant la lagune, nous traversons des paysages identiques à ceux du Pérou, avec ses cultures en patchwork, ses habitants habillés de la même manière, ses lamas, ses vigognes et des endroits pas très propres. Totalement différent de nos premiers jours au sud du pays.

l'Equateur : 1ère partie

Réserve de Chimborazo du nom du volcan au sommet le plus haut d’Equateur 6310 mètres, enneigé toute l’année, sa dernière éruption remonte à 10 000 ans. On dit ici, que c’est le sommet le plus éloigné du centre de la terre. Nous bivouaquerons à l’entrée du parc à 4300 mètres, mais non sans mal pour nous mais également Capucin qui n’a pas plus de chevaux qu’une 4L et nouveauté, les passages de vitesses sont très difficiles voir impossible pour la 1ère, et heureusement tout cela rentre dans l’ordre en dessous de 3000.

l'Equateur : 1ère partie

Depuis peu, l’Equateur a établie de nouvelles règles pour ses parcs et réserves, l’accès est totalement gratuit pour tous comme notre prochaine étape le Parc National Cotopaxi de 33 393 hectares très bien aménagé en aires de camping et son principal attrait est le volcan du même nom culminant à 5897 mètres, ascension possible en trois jours pour 300 dollars, sa dernière éruption date de 1877 et fut la plus violente avec des coulées de lave et de boue jusqu’à 80 km vers le Pacifique. Nous profiterons de deux nuits exceptionnellement calmes, quant au parc, hormis sa lagune plutôt bof, le reste ne se fait qu’en 4X4. Dommage.

l'Equateur : 1ère partie
l'Equateur : 1ère partie

Direction la capitale Quito…

Commenter cet article
V
Bonjour, nous apprécions toujours d'avoir de vos nouvelles lointaines, et de superbes photos. Les soucis de Capucin liés à l'altitude, c'est une chose, mais pour vous, humains, comment cela s'est-il passé ? C'est une hauteur très importante et atteinte assez rapidement donc risque de mal des montagnes, non ? Bonne poursuite de ce périple !
Répondre
S
bonjour,
le mal des montagnes est bien réel.nous sommes allez jusqu’à 4910 m et pour chaque personne c'est différant. hugo c'est vomissement,remy et moi manquons d'air la nuit ,anne le supportant le mieux.le moindre effort nous essouffle mais après 2 jours ça va mieux.
merci de nous suivre.
N
Nous vous suivons pas à pas bien décidés à suivre vos traces dans quelques temps. Paysages magnifiques et belles baleines ! Prenez bien soin de vous et à bientôt en ligne :-) Didier et Nathalie (rencontre à Arequipa Pérou)
Répondre
S
Étonnant cette histoire de vitesse, j'ai cru qu'il fatiguait... C'est à cause de l'altitude alors ?
Merci encore pour tout ça à la prochaine ;-)
Répondre
F
Toujours de superbes photos ; des commentaires intéressants. Merci pour le partage. Bonne continuation.
Flo
Répondre
J
en transit chez nous pour quelques jours avant de repartir voir des amis à Orléans,nous découvrons à nouveau de magnifiques photos et de superbes commentaires de votre périple.Yuna se régales de vos images de baleines,par contre elle est moins contente car elle découvre en rentrant de la mer un colis du CNED,cours de 3e.Nous attendrons un peu pour mettre tout cela en route. nous vous souhaitons toujours de continuer votre aventure sans encombres,soyez sympa avec Capucin,il se fait vieux..........!bises a vous quatre.
Répondre