Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ola Brasil !!!!

Publié le par jusquau-bout-de-nos-reves

drapeau4.jpg

 

Avant de passer au Brésil, nous faisons halte à Puerto Iguazu où le fleuve Iguazu se jette dans le fleuve Parana et forme ainsi la frontière entre le Paraguay, le Brésil et l’Argentine.


carte-bresil.jpg


Nous entrons ensuite dans le Parc National d’Iguazu pour voir les chutes, coté Argentin, car là aussi ses chutes font frontière entre le Brésil et l’Argentine.  Nous ne pouvons y accéder qu’en train jusqu’à la Garganta del Diablo qui fait 82 mètres de haut et somme impressionné par le débit d’eau pouvant s’y écouler, ainsi que le bruit assourdissant. Le niveau étant très haut, suite aux nombreuses pluies des jours précédents, les chutes forment une brume et suivant le vent une averse de pluie en discontinue, ce qui nous empêche de voir le fond. Sur cette passerelle, tout le monde est trempé, ce qui nous fait du bien, vu les hautes températures, et il est très difficile de prendre une photo.

Il y a plus de 200 chutes sur 2,7 km avec un débit moyen de 1500 m3/s et pouvant atteindre, au moment des crues, 6500 m3/s. De nombreuses passerelles permettent d’accéder à d’autres grands « sauts » au nombre de 19 tout aussi impressionnant les un que les autres.

Le jour suivant, nous le faisons coté brésilien en prenant un bus. Ici, il y a moins de passerelles mais le spectacle est aussi grandiose et démesuré car la majorité des chutes se trouvent coté argentin.

Ces chutes restent un moment fort du voyage, le parc a une superficie de 67 620 ha et est classé Patrimoine Mondial de L’UNESCO depuis 1986. D’après les guides touristiques ni Les chutes Victoria ni celle du Niagara n’impressionnent autant par sa puissance.

 

iguacu0.jpg

 

iguacu1.jpg

 

iguacu2.jpg

iguacu3 

animaux6

 

Nous filons pour quelques heures au Paraguay, pour visiter le barrage Itaipu (gratuit au Paraguay et payant au Brésil). Il est considéré, pour le moment seulement car celui des 3 gorges en chine, une fois ses 32 turbines opérationnelles le détrônera, comme l’une des 7 merveilles du monde moderne et actuellement le plus gros producteur d’énergie au monde avec ses 20 turbines produit jusqu’à 14 millions de KW. Son déversoir, toutes vannes ouvertes, à une capacité 62 milles m3/s soit 40 fois les chutes d’Iguazu. Sa construction, qui débutât en 1975 et s’acheva en 1991, fut colossale, l’acier utiliser aurait permis d’élever 380 tour Eiffel et 12,3 millions de mètres cubes de béton furent coulés.

 

barrage8.jpg 

Nous faisons route vers Rio de Janeiro en évitant les péages (très nombreux et cher environ 8 euros pour 50 Km car nous sommes considérés, ici aussi, comme poids lourd) et Sao Paulo car de nombreux brésiliens nous l’on déconseillé parce qu’il n’y a rien à voir, la circulation y est très dense et il y règne de l’insécurité.  Nous rejoignons l’océan Atlantique, au sud de Sao Paulo, à Santos où beaucoup de « Paulistas » (habitant de Sao Paulo) y viennent passer le Week end et remontons la côte vers Rio où nous constatons, avec déception, que beaucoup de plages sont privées, les rues et même des villages sont gardés à l’entrée, et donc inaccessibles. Nous mettrons 8 jours et 2100 km au lieu de 1500 km (avec péages) pour arriver à Rio et ne bivouaquons qu’une seule nuit au bord de la mer. Nous ne regrettons pas ce détour, car le littoral qui se nomme « Costa Verde » porte bien son nom. La végétation est très dense, des champs de bananiers, de cannes à sucre, des cocotiers….

 

route7.jpg


route8.jpg

 

Arrivé à Rio, nous sommes étonné par la beauté de la ville, mais surtout par ses baies, ses nombreuses iles et pitons rocheux et bien attendu par le pain de sucre et le Corcovado. Ici nous stationnons sur le parking d’une école militaire tout près d’une plage pour 3 euros par jour gardée 24 heures sur 24 à deux pas des lignes de bus, ce qui nous permet de visiter la ville pendant 5 jours l’esprit tranquille.

 

L’essentiel des visites sont :

 

- Copacabana où les jolies filles invisibles ce jour là ne sont d’après Stéphane qu’une légende et ses plages plutôt sales.

 

- Le Centre ville avec un quartier populaire où nous pouvons y voir des centaines de petits magasins pas cher sur plusieurs ruelles, ses églises et son étonnante et pyramidale cathédrale moderne.

 

- L’incontournable Pain de sucre et ses 400 mètres de haut et le Corcovado une montagne de plus 700 mètres de haut portant le Christ rédempteur, célèbre statut de 30 mètres de haut pour 700 tonnes réalisé par le sculpteur français Paul Landowski.

 

 

rio9.jpg

 

rio10.jpg

rio11.jpg

 

rio13.jpg

 

rio12.jpg

 

rio14.jpg

 

rio15.jpg

 

Nous retrouvons notre amie Barbara, rencontrée au début de notre voyage à Buenos Aires, avec qui nous passons un bon moment.

 

Rio de Janeiro nous laissera un très bon souvenir, et poursuivons notre route vers la capitale Brasilia.

 

Quelques chiffres :

La monnaie est le réal et 1 euros égale 2,50 réais

Le gasoil entre 80 et 90 centimes

Superficie 8 512 000 km2 soit 16 fois la France

Population environ 205 millons d’habitants

Langue officielle le portugais

 

A ce jour, l’alimentation reste chère comparable au Chili et l’Argentine. Il y a plus de fruits et la spécialité du pays est la feijoada plat à base de haricots secs, du boeuf et du cochon, mais nous ne connaissons pas encore celle de chaque état.

Commenter cet article
S
Continuez de nous faire rever, merci pour ces informations très claires et très pédagogique.
Bonne route !
Répondre
F
superbes photos : les chutes à Iguazu son impressionnantes. Bonne continuation. Flo
Répondre